Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2020

Se disputer pour le mariage

Le commentateur "Jones" a mis un commentaire sur un fil différent. C'était hors sujet, et c'était tellement bon que je voulais lui donner son propre message. Il écrit:

Ce n'est pas sur le sujet. Mais je suppose que c'est en quelque sorte parce que je veux demander si vous avez choisi le bon sujet.

Cela m'est arrivé après avoir lu un autre article sur ce site, l'excellent article de F.H. Buckley. Il a ses problèmes, mais le point fondamental est vraiment précieux. Nous avons besoin de systèmes autre que la loi afin de se rapprocher d'une régulation optimale de la société.

Obergefell était clairement un point de crise pour les conservateurs sociaux. Nous avons perdu le débat public sur le mariage gay. mais plus important était comment nous avons perdu. Le mariage gay a montré qu'il y avait un grand fossé entre ce que les conservateurs sociaux veulent dire et ce que le reste de la population souhaite ou peut entendre. En bref, le processus a révélé l'incapacité des conservateurs sociaux à exprimer de manière convaincante et publique le fondement de leurs propres croyances. Le fait le plus frappant à propos de l’ensemble du processus était le suivant: inarticulation. Lorsque le moment crucial est venu, les sous-comités ne pouvaient pas trouver les mots pour expliquer ce qu’ils croyaient. Pour moi, ce fut la "révélation" cruciale.

Je pense que vous avez décidé que le problème est un retrait des fondements chrétiens de la compréhension morale. Mais quelle que soit la cause, nous avons la responsabilité constante d'essayer d'articuler ces valeurs de manière compréhensible dans un débat laïque, afin de corriger notre propre inarticulation. Nous avons la responsabilité d’articuler nos valeurs, quels que soient leurs fondements religieux, d’une manière qui ait du sens pour des personnes qui ne partagent pas nécessairement ces fondements.

Souvent, cela implique de retrouver un langage moral que nous avons perdu ou que nous risquons de perdre. Il faut aussi l'humilité de reconnaître que ce que vous dites n'a pas de sens pour les gens et d'essayer de diagnostiquer avec précision pourquoi. En tant que tâche intellectuelle, c'est énorme. Mais c'est loin d'être impossible. Tant que nous ne pourrons pas parler dans cette langue morale et que cela aura du sens pour les gens, nous n’aurons aucune chance d’aller plus loin. Je ne pense pas qu'il y ait une chance que ces «valeurs perdues» obtiennent soudainement un attrait massif à la suite de ce projet essentiellement interprétatif. Mais je pense que vous devez d’abord restaurer la crédibilité intellectuelle de ces valeurs perdues. Le fait que les chances soient contre cela ne fait aucune différence. Il faut que le conservatisme social survive sous quelque forme que ce soit.

Dans cette optique, affirmer que les valeurs inhérentes au christianisme, et donc de doubler l'orthopraxie chrétienne est ce que nous pouvons faire de mieux, est une erreur. En fin de compte, une grande partie du fardeau est intellectuelle. D'une part, je pense que vous abandonnez tout élite appel si vous ne prenez pas cette approche, car les élites voudront toujours savoir comment une vie de croyance religieuse est compatible avec la modernité. Dans l'état actuel des choses, de nombreuses personnes appartenant à la catégorie «élite» lisent votre blog et sont sensibles à votre point de vue. Ces personnes sont perdues, mais elles appartiennent évidemment à votre mouvement. Tôt ou tard, ils devront faire face aux contradictions qu'ils vivent tous les jours.

Lecteurs, si vous n'avez pas regardé l'œuvre de F.H. Buckley, je vous le recommande vivement. Il y dit que nous perdons quelque chose de précieux lorsque nous nous tournons vers la loi pour régler des différends même mineurs, pour les transformer en une contestation des droits.

En ce qui concerne le mariage, je pense qu'il est plus exact de dire que le problème est un peu plus compliqué que ne le dit Jones. Il est vrai que les conservateurs sociaux ont perdu la capacité d’exprimer de manière convaincante les arguments en faveur du mariage traditionnel. Mais il est également vrai, je pense, qu’il n’ya aucun moyen de rendre cette affaire convaincante, car les valeurs par défaut de notre société ont rendu cela impossible.

Je viens de passer la matinée à parler à une amie d'une situation terrible et extrêmement compliquée dans laquelle elle tente de se sortir d'une relation dysfonctionnelle avec l'homme avec lequel elle vit depuis sept ans. Ils ne sont pas mariés et pour diverses raisons, dont beaucoup sont de mauvaises décisions de sa part, il est titulaire de toutes les cartes de crédit, même si elle a été le principal soutien de famille dans cette relation. Je ne sais pas comment elle va s'en sortir si elle ne perd pas tous ses investissements et ses biens personnels. Je vais essayer de la trouver avec un avocat.

La chose à laquelle je n'arrêtais pas de penser en racontant son histoire était à quel point ce serait plus facile si elle et son mari étaient mariés. La loi serait de son côté, ou du moins, assurez-vous qu'elle reçoive une bonne coupe de ce qu'ils ont construit ensemble. Mais ils ne sont pas mariés et maintenant elle est à sa merci. Le fait est que mon ami est issu d’une culture dans laquelle les gens ont plus ou moins cessé de se marier. Ils s'installent simplement ensemble, ont même des enfants ensemble, mais personne ne prend d'engagement. Mon amie est dans une situation légale déchirante, en partie parce qu'elle vient de et vit dans une culture de la classe ouvrière où le mariage n'a aucun sens intuitif pour les gens. Personne ne va à l'église. Il ne reste plus aucune norme réelle concernant la religion, la formation de la famille, le comportement sexuel, rien de tout cela. Dérive seulement.

Maintenant, j'ai des amis de la classe moyenne et de la classe moyenne supérieure qui respectent dans une certaine mesure cette éthique, mais ils ont généralement le bon sens de garder leurs finances séparées et de ne pas être pris au piège en étant responsables des dettes de leur partenaire. Quoi que vous puissiez dire au sujet de la moralité de ces relations, au moins si Jane décide qu'elle en a assez de Jack, et qu'elle veut sortir, elle peut généralement laisser libre cours à ses occupations parce qu'elle a été assez intelligente pour se protéger d'une manière qui ne m'était jamais venue à l'esprit- ami de classe. Le cas difficile de mon ami est un bon exemple de la manière dont les valeurs sexuelles plus libéralisées que les classes plus éduquées et financièrement sûres peuvent gérer peuvent ruiner la vie de la classe ouvrière et des pauvres.

Il y a plus de deux décennies, Robert Kaplan, L'Atlantique, a écrit sur «l'anarchie à venir» dans ce que nous appelions encore le tiers monde. Dans le cadre de l'article, il a mis en contraste la pauvreté chaotique des bidonvilles d'Afrique de l'Ouest et les bidonvilles d'Ankara, en Turquie. Tout ce qui manquait aux Turcs était une opportunité. En dépit de la pauvreté de leurs quartiers, Kaplan s’y sentait parfaitement en sécurité, car ces musulmans turcs savaient vivre:

Mon propos en évoquant un bidonville plutôt sain et sans crime est le suivant: son existence démontre à quel point la structure de la culture musulmane turque est formidable. Une culture aussi forte a le potentiel de dominer à nouveau le Moyen-Orient. Les taudis sont des tests décisifs pour les forces et faiblesses culturelles innées. Les peuples dont les cultures peuvent abriter une longue vie de taudis sans se décomposer seront, relativement parlant, les gagnants de l'avenir. Ceux dont les cultures ne peuvent pas être seront les victimes de l'avenir. Les bidonvilles - au sens sociologique - n'existent pas dans les villes turques. Le mortier entre les personnes et les groupes familiaux est plus fort ici qu’en Afrique. L'islam renaissant et l'identité culturelle turque ont produit une civilisation au tonus musculaire naturel. Les Turcs, nomades éternels de l'histoire, vivent des bouleversements.

Il y a une leçon à tirer de cela pour nous aussi. La «longue vie de taudis» chez les Noirs américains pauvres et, de plus en plus, parmi les pauvres et la classe ouvrière américains blancs, a provoqué et provoque la décomposition de ces cultures. Je ne dis pas cela de façon critique, mais je dis que nous devons voir cela comme il est. À l'époque où mes parents grandissaient, dans la pauvreté rurale, la culture des pauvres blancs (je ne connaissais pas les noirs de l'époque) était généralement celle des bidonvilles turcs. Cela va vite et a disparu dans de nombreux endroits.

Qu'est-ce que cela a à voir avec le point de Jones? Nous avons atteint un stade de la culture plus large aux États-Unis dans lequel de nombreuses personnes ne ressentent pas instinctivement le besoin de valeurs religieuses traditionnelles, ou du mariage. Ils ne comprennent pas ce que la plupart des cultures de l’histoire ont compris: la sexualité doit être liée à des structures faisant autorité pour pouvoir être contrôlée, pour le bien de la tribu et des individus qui la composent. Cela s'est traduit par des difficultés indicibles, généralement au détriment des femmes, mais les fortes cultures matrimoniales réduisent également la possibilité que des femmes comme mon amie tombent dans un trou aussi profond.

Dans l'Occident moderne, le mariage n'est pas lié à la sexualité, à la grossesse et à l'intégration dans la communauté et la famille au sens large, à moins que ces liens ne soient choisis. La signification intrinsèque et transcendante du mariage est faible, voire inexistante. Nous nous marions parce que nous souhaitons formaliser l'affection que nous avons pour notre partenaire. Beaucoup de gens se marient pour plus de raisons que cela, mais le fait est que la base de référence en Amérique aujourd'hui est que le mariage est expressif et temporaire par nature. Il n'y a pas de peine, réelle ou ressentie, pour avoir des relations sexuelles hors mariage ou pour un couple qui vit ensemble sans être marié. Alors pourquoi se marier?

Les arguments en faveur du mariage traditionnel n’ont guère de sens pour les peuples modernes, même pour de nombreux chrétiens modernes, car notre conception du mariage a radicalement changé, en particulier après la révolution sexuelle. Si le mariage ne concerne que, ou principalement, environ deux personnes (pour le moment) formalisant en droit et en coutume leur affection mutuelle, alors pourquoi le refuser aux couples de même sexe? Ryan T. Anderson et Sherif Girgis ont présenté un puissant argument de droit naturel pour privilégier le mariage traditionnel. Je l'ai lu et c'est très solide. Mais je savais en le lisant que c'était futile. Lorsque vous devez convaincre les gens de voir la valeur du mariage et de maintenir le mariage entre un homme et une femme, vous avez perdu la bataille. Notre culture est parvenue à privilégier le choix individuel et l’autonomie personnelle. Vous pouvez montrer aux gens sur papier pourquoi cela a du sens, mais cela ne changera pas les esprits, car ce sont leurs cœurs qui décideront.

J'ai lu quelque chose du livre de C.S. Lewis L'image rejetée l'autre jour qui est pertinent pour cette discussion. Lewis parle de l'effondrement de ce qu'il appelle le modèle - c'est-à-dire la vision métaphysique défendue par les médiévaux, qui estimaient que ce monde matériel n'était pas auto-subsistant, mais plutôt ancré dans une réalité transcendante. Lewis insiste beaucoup sur le fait que des décennies plus tard, Charles Taylor aurait énormément précisé: la vision métaphysique des âges médiévaux était une façon de construire le monde et ce n’est pas nécessairement pire que la façon dont nous le faisons. Nous pensons aujourd'hui que notre modèle est meilleur parce qu'il est plus vrai, mais c'est beaucoup moins vrai que nous le savons:

Il n'est pas question ici que l'ancien modèle soit détruit par les nouveaux phénomènes. La vérité semblerait être l'inverse. que lorsque les changements dans l’esprit humain produisent un désenchantement suffisant de l’ancien modèle et un désir suffisant pour un nouveau modèle, des phénomènes pour soutenir ce nouveau modèle se manifesteront avec obéissance. Je ne veux pas du tout dire que ces nouveaux phénomènes sont illusoires. La nature a toutes sortes de phénomènes en stock et peut convenir à de nombreux goûts.

… J'espère que personne ne pensera que je recommande un retour au modèle médiéval. Je ne fais que suggérer des considérations qui peuvent nous amener à considérer tous les modèles de la bonne manière, en respectant chacun d’entre eux et en ne favorisant aucun. Nous connaissons tous très bien l’idée que, à chaque époque, l’esprit humain est profondément influencé par le modèle accepté de l’univers. Mais il y a un trafic à double sens; le modèle est également influencé par l'état d'esprit qui prévaut. Nous devons reconnaître que ce qu'on appelle «un goût dans les univers» est non seulement excusable, mais inévitable. Nous ne pouvons plus ignorer le changement de modèle comme un simple progrès d’erreur en vérité. Aucun modèle n'est un catalogue de réalités ultimes et aucun n'est un simple fantasme. Chacun est une tentative sérieuse de pénétrer dans tous les phénomènes connus à une période donnée, et chacun réussit à en saisir un grand nombre. Mais aussi, non moins sûrement, chacun reflète la psychologie prévalente d'un âge presque autant qu'elle reflète l'état de la connaissance de cet âge. Aucune batterie de faits nouveaux n’aurait pu persuader un Grec que l’univers lui attribue un attribut aussi répugnant que l’infini; à peine un tel frappeur pourrait-il convaincre un moderne qu'il est hiérarchique.

Il n’est pas impossible que notre propre modèle meure d'une mort violente, écrasée impitoyablement par un assaut non provoqué de nouveaux faits - non provoqués comme le nova de 1572. Mais je pense qu'il est plus probable que cela change quand et parce que, de profonds changements dans le tempérament mental de nos descendants l'exigent. Le nouveau modèle ne sera pas mis en place sans preuves, mais les preuves apparaîtront lorsque le besoin intérieur en sera suffisamment grand. Ce sera une preuve vraie. Mais la nature donne l'essentiel de son témoignage en réponse aux questions que nous lui posons. Ici, comme dans les tribunaux, le caractère de la preuve dépend de la forme de l'examen et un bon interrogateur peut faire des merveilles. Il ne va en effet pas susciter des mensonges d'un témoin honnête. Mais, par rapport à la vérité totale dans l’esprit du témoin, la structure de l’examen ressemble à un pochoir. Cela détermine combien de cette vérité totale apparaîtra et quel schéma cela suggérera.

Vous pouvez voir l'application à la notion de sexe, de mariage et de maternité de notre société. J'ai déjà mentionné ici que des professeurs d'université chrétiens m'avaient dit une fois qu'ils étaient désespérés de voir leurs étudiants s'engager solidement et fermement envers le mariage et la famille, car beaucoup d'entre eux ne l'avaient jamais vu modeler pour eux. De toute évidence, il n'est pas impossible de former des mariages et des familles stables, mais si vous ne le voyez pas autour de vous, vous ne pouvez pas croire que c'est réalisable. Je pense que c’est la situation dans laquelle se trouve mon amie et elle a également touché ses enfants adultes. Dans notre cas général, notre société a décidé qu'elle ne souhaitait pas le fardeau d'un mariage à vie, et de la norme qui limitait le sexe au mariage, qu'elle trouverait plus de satisfaction si elle était rejetée. Cela correspond parfaitement au mouvement général de la culture vers l'autonomie individuelle. Les cultures sont constituées de personnes et les personnes ne poseront que les questions auxquelles elles sont prêtes à entendre des réponses. Ils n'entendront pas ce qu'ils ne veulent pas entendre. C'est où nous sommes sur le mariage et la famille.

Je ne me lasse pas de citer le pape Benoît XVI pour affirmer que les meilleurs arguments en faveur des revendications de l'Église ne sont pas ses propositions et ses syllogismes, mais son art et ses saints. Je pense que c'est également le cas pour le mariage, du moins dans cette culture décadente. Les gens ne sont pas convaincus par la raison, principalement parce qu'ils ne partagent pas les prémisses sur lesquelles les arguments sont basés. Nous devons accepter cela. Ils vont vivre les conséquences des idées qu’ils ont choisi de croire. La vérité sur la façon dont Jones, en tant que musulman croyant, et moi, en tant que chrétien traditionnel croyant, avons choisi de vivre sera justifiée par nos vies et celle de nos familles. Ce sera notre témoin. nul autre ne peut convaincre les gens en proie à cette folie. C'est la seule raison pour laquelle je suis devenu un chrétien croyant. J'avais les arguments dans la tête, mais mon cœur a refusé d'accepter les conséquences, jusqu'à ce que ma vie soit conduite dans un fossé.

Comme Philip Rieff nous l'a appris, les gens croient que la vérité est une thérapie. c'est ce qui nous fait nous sentir bien. C'est une idée puissante. C'est un mensonge. Mais c'est un problème que les gens vont devoir apprendre par eux-mêmes. Ils vont commencer à poser des questions auxquelles le modèle libéral laïque ne peut pas répondre, mais nous pouvons le faire. Il y aura beaucoup de souffrance avant le Grand Réapprentissage. Des traders comme nous, Jones, vont devoir être présents pour aider les blessés qui marchent et leur montrer par nos vies qu'il existe un meilleur moyen. Nous devons être prêts à les affronter avec miséricorde et non avec jugement, car cela aurait pu nous accompagner.

Voir la vidéo: Comment gerer les disputes dans son couple en 3 étapes SIMPLES ! (Avril 2020).

Laissez Vos Commentaires