Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2020

Deux mecs entrent dans un barreau…

Il fait un peu froid dehors, la NBA est en pause jusqu'à jeudi (?!) Et le reste de ma famille est en train de dormir, alors j'ai fouillé le Web pour recueillir des données de sondages à l'appui de l'espoir que mon candidat de choix puisse se terminer up impactant la course à la présidentielle. Il s'avère qu'ils ne sont pas si difficiles à trouver.

Tout d’abord, cependant, quelques avertissements:

  • Je ne suis pas un expert. Cela devrait aller de soi, mais je le répète quand même. Je ne suis pas un expert, pas même un peu. Je pourrais être profondément, radicalement faux dans la façon dont j'interprète ces données et assemble les éléments, et cela ne me surprendrait pas du tout. Je ne pense Je suis profondément, radicalement faux, bien sûr, mais cela ne change rien au fait que je pourrais très bien l'être.
  • Les données de sondage sur la candidature de Barr lui-même sont rares. Selon un sondage Rasmussen des 14 et 15 mai, il a recueilli 6% des suffrages nationaux dans une course McCain-Obama avec Ralph Nader également (ce nombre chute à 3% lorsque Hillary Clinton est ajoutée en tant que candidat indépendant - qui sont ces personnes interrogées?), un sondage InsiderAdvantage du 19 mai qui le place à 8% dans son pays d'origine, la Géorgie, un sondage plus ancien du 3 avril qui le situe à 7% et… eh bien, cela semble être le cas. Mais le fait est que s’il parvient réellement à obtenir quelque chose comme ces pourcentages de vote, il doublera ou triplera la prise notoire de différence de Ralph Nader à partir de 2000.
  • Il y a un long chemin à parcourir. Beaucoup de choses peuvent changer en cinq mois et demi, il est donc important de ne pas trop se fier aux données des sondages préliminaires comme celles que je vais examiner. Ce n'est pas une raison pour ne pas jeter un coup d'oeil, cependant.
  • Barr a un long chemin à parcourir. Ce sondage de Rasmussen, par exemple, a rapporté que 52% des électeurs déclaraient ne pas être certains de leur impression de lui, et le sondage du 3 avril annoncé par sa campagne ne lui accordait que 36% de notoriété. Mais les choses ne font que commencer: Barr n’a remporté la nomination que la semaine dernière (pourrait-il y avoir eu un rebond post-convention? Peu probable, bien sûr…), son apparition symbolique à Colbert aura lieu mercredi, il n’a pas vraiment faire campagne en dehors des cercles LP, et ainsi de suite. De manière cruciale peut-être, Ron Paul n’a approuvé personne. Cela dit, les finances de Barr ne sont pas vraiment au rendez-vous (il a collecté moins de 200 000 dollars jusqu'à présent) et il devra commencer à interroger environ 10% à l'échelle nationale pour être inclus dans les débats télévisés. (Cela ne se produira pas.) Les candidats à une tierce partie sont durs. Même si ce chiffre de 6 à 8% est, comme le souhaite raisonnablement la campagne de Barr, indicatif d'un plancher plutôt que d'un plafond, il est tout à fait possible qu'il reste beau. beaucoup ancré d'ici novembre.
  • Enfin, notez que nous ne savons pas vraiment d'où proviendront les votes de Barr. De toute évidence, la circonscription la plus naturelle sera constituée par les droits anti-fiscaux, les droits des États, des types de gouvernement limités qui ont toujours constitué un élément clé de la coalition républicaine, mais il est tout à fait possible que nombre d'électeurs anti-guerre et de défense des libertés civiles qui préféreraient Barr to McCain sont ceux qui voteraient pour Obama - qui a été grandement aidé par le soutien croisé lors de ses principales victoires - de toute façon. Donc, la question pour moi n'est pas vraiment de savoir si Barr va jeter les choses à Obama plutôt qu'à McCain, mais juste s'il sera capable d'ajouter au chaos. Et la réponse, je pense, est qu'il le fera.

Cela dit, voici le sondage effectué dans certains des États les plus en vue comme sites potentiels pour une véritable vague de Barr:

  • Géorgie (15 votes électoraux): Il s'agit du seul cas où nous disposons de données spécifiques à chaque État sur le niveau de soutien de Barr. Mais il me semble qu’il n’ya pas grand chose à dire: McCain affiche systématiquement une avance à deux chiffres sur Obama en Géorgie, et même le sondage où Barr a été inclus rétrécit pour ne laisser que 45-35. Il se pourrait toutefois que Barr rende cet état suffisamment intéressant pour que McCain doive dépenser de l'argent pour le défendre. Mais l'idée qu'il y ait une réelle question sur le résultat final me semble fantaisiste.
  • New Hampshire (4 votes): En voici un à regarder. Les données des sondages révèlent une course serrée - des marges à un chiffre près - et une campagne efficace qui réussit à faire appel au libertarisme anti-guerre de Free Staters sera certainement en mesure de rendre VERRRRRRRRY intéressant.
  • Nouveau-Mexique (5 votes): Larison est sceptique quant au prétendu libertarisme de son pays d'origine et je suppose que nous devrions l'écouter. Mais ici, le scrutin est omniprésent: et si les choses restent ainsi et que Barr parvient à rassembler une petite partie des électeurs, cela suffira pour que son nom paraisse aux nouvelles.
  • Colorado (9 votes): Les derniers sondages Rasmussen montrent Obama avec une avance croissante, mais si Barr gagne du terrain, il s'agit d'un État qui pourrait se révéler être l'inverse de la Géorgie: ce pourrait être le candidat démocrate qui est contraint de dépenser de l'argent. défendre un État qui ne serait pas remis en question autrement. Compte tenu de la taille du coffre de guerre d'Obama, cependant, ce n'est peut-être pas si grave.
  • Nevada (5 votes): Comme dans le New Hampshire et le Nouveau-Mexique, il semble que ce soit un cas proche, et les Nevadans qui jouent, qui aiment la prostitution et qui n’ont pas d’impôt sur le revenu sont les personnes auxquelles le Parti libertarien est censé faire appel.
  • Montana (3 votes): Le RCP montre à McCain une avance constante, mais il est également systématiquement à un chiffre. Comme au Nouveau-Mexique, même une petite part du vote pourrait faire une énorme différence, et il y a tout lieu de penser que Barr est capable de commander au moins cela.

Plus amusant qu'un tonneau de singes, en d'autres termes, si l'intrigue politique est votre truc. Entre la révolution Ron Paul, la candidature de Barr et le spectre terrifiant de certains événements cinématographiques, ce sera une année intéressante pour être libertaire, même si vous n'êtes qu'un faux.

(Posé sur Postmodern Conservative.)

Voir la vidéo: Bilss - La vie derriere les barreaux (Janvier 2020).

Laissez Vos Commentaires